Une maman c’est celle qui gronde mais qui pardonne tout

a6d415fb678ecf2568f75ed8882aa4d0

maman?On aime notre enfant 365 jours par an, 24h/24, qu’il soit de mauvaise humeur ou capricieux, dans la maladie, avec un handicap, et même s’il est en prison… On le soutient dans chaque moment de son existence d’un amour inconditionnel. Mais quelle est notre responsabilité en tant que mère ? A partir de quel âge doit-on commencer à poser certaines limites, afin d’instaurer le respect sans affaiblir la complicité ? Pas évident… Pourtant chaque âge a ses besoins et ses interdits. Voici donc les 3 étapes principales durant leurs 5 premières années de vie.

Les 2 première années: La phase de découverte et d’exploration sensorielle.

Durant cette période, on a le droit aux boucles d’oreilles arrachées, aux cheveux tirés, aux doigts enfoncés dans les yeux, aux coups de boule dans le nez, alors qu’on est entrain de lutter pour trouver la position pour pouvoir allaiter sans avoir une crampe de 2 jours… Alors comment gronder ou dire non à notre petit bout qui nous regarde avec les yeux du chat botté dans Shrek ? Compliqué… Très compliqué. Mais ce n’est pas parce que nos bébés nous font craquer qu’il faut pour autant tout accepter,. Au contraire, plus tôt on pose les règles, plus vite on les aide à bien grandir.

Lorsque ce genre de geste se produit, mieux vaut éviter de sourire, et enlever doucement, avec conviction, la main de bébé en lui expliquant que cela nous fait mal, ou qu’il risque de casser un objet auquel nous tenons. Ne pas sourire donne une cohérence entre les mots et notre expression, c’est cela qui l’incitera à changer de comportement.

Quand il commence à marcher et devient plus autonome, les choses se compliquent ; Pas seulement pour le paquet de farine vidé sur notre canapé en coton noir et le pot de crème chocolat étalé sur les murs, mais plutôt parce que notre enfant s’expose à un danger personnel. Et notre peur peut très vite se traduire par des hurlements incessants : « ATTENTION !! NON !!! NE FAIS PAS CA !!! » Aussi, notre enfant ne fera plus la différence entre ce qui est une simple bêtise, et ce qui est réellement dangereux. Je sais combien il est difficile de se maîtriser dans ce genre de moment, mais il est vraiment important d’essayer de réagir différemment. Le but est de le mettre en confiance pour qu’il se retourne spontanément vers nous quand il souhaite explorer quelque chose de nouveau. Ne pas crier l’encouragera à recommencer certaines expériences en toute sécurité.

La base c’est déjà d’investir dans un peu de matériel de sécurité pour la maison : cache-prise, loquets pour le placard des produits d’entretien, bloque-porte et tiroirs pour les pièces de la maison. Ce sera déjà quelques préoccupations en moins ! – Vous trouverez des kits sécurité complet sur internet pour environ 25€.

Comme je l’écrivais précédemment, nos enfants ont le réflexe naturel de se retourner vers nous quand ils s’apprêtent à toucher quelque chose, une façon pour eux de nous prévenir ou de provoquer une réaction. En général, quand on fronce les sourcils, ils ont tendance à attraper encore plus fort l’objet en question. L’affirmation de caractère commence !

N’hésitez pas à échanger avec votre enfant, à lui parler comme à un adulte. Ils comprennent bien plus de choses que l’on ne croit ! Il faut vous armer de patience malgré la fatigue accumulée et le stress. La communication est la base d’une éducation réussie. Petit à petit, vous aurez vos propres codes et signaux. Et ça fonctionnera très bien. Mais restez impassible, car ce sont durant ces premiers mois que beaucoup de choses se jouent. Et n’oubliez pas que discipliner, ce n’est pas dominer ! Essayez d’influencer votre enfant plutôt que de lui imposer des règles strictes sans aucune explications.

De 2 ans à 5 ans l’affirmation de soi !

Durant cette période, les enfants ont tendance à se sentir comme le nombril du monde : caprices, colère, provocations, égocentrisme, égoïsme… Durant des mois, à chaque fois que vous vous adresserez à votre ‘boutchou‘, il vous répondra : NON ! Ce réflexe lui sert à exprimer ses désirs. Il a désormais compris que ses réactions génèrent des émotions, et que sa volonté est souvent différente de celle des adultes. Il va donc petit à petit y prendre goût pour s’affirmer et tester noant à comt, mieux vaut éviter le recours aux récompenses et aux punitions. Acceptez son refus et essayez de détourner son attention vers autre chose. Cela vous évitera conflit et perte de patience. Exemple : vous demandez à votre enfant de ranger ses jouets dans son coffre, bien sûr il refuse… Au lieu d’entrer dans un échange conflictuel interminable, essayez de lui demander de vous aider à écraser les pommes de terre de la purée du dîner. Il participera sans problème. Lorsque vous avez terminé, accompagnez-le à nouveau dans sa chambre et demandez lui de ranger en lui expliquant que vous comptez sur lui pour vous aider, pendant que vous terminez de préparer le repas. Il sera certainement beaucoup plus disposé, et aura moins l’impression d’obéir à un ordre. S’il continue, trouvez votre propre méthode. Par exemple : accrochez un sac plastique dans la cuisine et glissez-y une de ses petites voitures – ou petites poupées figurines – à chaque fois qu’il/elle vous désobéira. Et dites-lui que vous donnerez ce sac à un enfant qui écoute sa maman! Croyez-moi, ça marche!

Sachez que nos enfants ne nous ménagerons jamais ! Ils changeront d’avis sur leurs préférences culinaires en 24h ! Hier, ils aimaient les tomates et aujourd’hui, notre salle à manger se transforme en parcours de paint-ball peinture rouge ; ils veulent changer de vêtements 3 fois par jour ou mettre des sandales en hiver ; ils refusent catégoriquement de passer par la salle de torture que, nous adultes, appelons communément salle de bain ; ils simulent des gros coups de fatigue tous les matins de la semaine, tellement le lever est laborieux, mais nous sautent dessus à 6h du matin les Samedi & Dimanche ! Restez forte et déterminée !

En disant non à notre enfant, on lui fournit des repères stables qui l’aident à se construire. Donc ne culpabilisez pas ! Vous lui transmettez les valeurs essentielles du respect, de la politesse, et les interdits du mensonge, du vol et de la violence. Si vous vous sentez réellement dépassée, notez que chaque commune propose des séances de suivi gratuites auprès de pédopsychiatres – consultez les centres CMPP de votre ville – cela peut être salvateur. Vous faire aider n’est pas un échec dans votre éducation, au contraire ! Cela prouve que vous vous souciez de l’équilibre de votre enfant et que vous cherchez des solutions.

A partir de 5 ans : Les stratégies !

caprices-alimentaires

Faisons le point sur quelques unes de ces méthodes répertoriées par le psychosociologue Jean Epstein dans son ouvrage ‘Nous sommes des parents formidables’ : La colère, la maladie,l’épisode spasme-sanglot, la séduction, et l’obstination.

La colère

Roulade au sol, hurlement, jets d’objets contre les murs… Il cherchera par tous les moyens à faire le plus de bruit possible, et accompagnera ses gestes d’un topping « T’es moche, t’es méchante, j’t’aime pas! » On adore !

La maladie

Ou quand notre boutchou se transforme en hypocondriaque… Il vomit quand il ne veut pas aller dormir, il prétend avoir des crampes abdominales pour ne pas finir ses brocolis, mais accepterait volontiers un plat de frites luisantes et salées ! Et nous, faibles humains aimants : « Exceptionnellement, tu vas dormir avec maman. » Et c’est gagné !

L’épisode spasmes-sanglots

Samedi, fin de courses au supermarché, énième refus d’acheter un jouet… Et notre enfant hurle, devient rouge puis bleu, il se jette par terre, simule un évanouissement… La peur et la honte que cela génère en nous à ce moment, ne nous donne pas envie de renouveler le refus. Et pourtant, c’est bien la solution face à tant de ruse!

La séduction

Notre enfant prend très vite conscience de son pouvoir sur nous… En déployant son charme, en étant particulièrement calme et câlin, il sait qu’il obtiendra tout ce qu’il veut de nous : « Maman t’es belle » « Maman, t’es la meilleure. » Et c’est 3 fraises tagada plus tard que l on réalisera la manipulation!

L’obstination

Comme les machines à sous, une maman épuisée est un jackpot assuré ! Ils reviennent sans cesse à la charge avec la même demande ! A force d’insister, il est assez rare que l on ne cède pas ! Epuisées… Et perdantes !

3points

Ce que nous sommes

caprice

Comme vous l’avez compris nous sommes dans un film dont nous ne maîtrisons pas toujours le scénario. Mais nous sommes déterminées, infiniment patientes, souvent terrifiées, mais agissons comme si de rien n’était. Nous sommes de véritables guérisseuses – un bisou magique sur un bobo et la douleur s’envole… Nous sommes de grandes magiciennes, capables de préparer le cartable, le repas, les devoirs, consoler notre meilleure copine qui pleure au téléphone, et choisir en même temps la chemise de notre chéri pour sa réunion du lendemain. Nous sommes dotées d’un sixième sens qui nous permet de savoir quand notre boutchou a une terrible envie de faire pipi, même quand il frôle le cassage de nuque à force de hocher la tête en disant « Non Non! » Nous sommes des psychologues, capables de deviner les chagrins d’amour ; Les meilleures amies, capables de consoler, et les meilleures infirmières, capables d’enchaîner les nuits blanches et les journées de travail quand ils sont fébriles.

Il n’y a pas de règles d’éducation universelle ! A chacune ses méthodes ! Alors faites vous confiance et restez une Wonder-Maman comme vous savez déjà si bien le faire !

 

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑